Doubs : Rencontre avec trois jeunes passionnées

Rencontre avec Eloïse, Romane et Lilou.



Plein Air a décidé de consacrer une série de reportages sur des étudiants qui ont trouvé leur voie dans les études supérieures. Ils sont âgés d’une vingtaine d’années. Tous vivent pleinement et passionnément un parcours scolaire et professionnel qu’ils ont choisi. A l’Enil de Mamirolle, Eloïse Aubert, Romane Bruley et Lilou Masson suivent un BTS dans la filière analyses biotechnologiques.

Après des études peu enthousiasmantes en faculté, à Besançon, dans le domaine de la biologie, Romane a trouvé chaussure à son pied à Mamirolle. Après des petits boulots, un passage par pôle emploi et une totale remise en question, cette jeune femme de 24 ans s’est désormais fixée de nouveaux objectifs professionnels. Elle est d’ailleurs en passe de les atteindre. Reprendre les études n’a pas été trop dure car le cursus dans lequel elle s’est lancée correspond complètement à ses attentes. Autrement dit, elle y voit un total intérêt. Forte de cette expérience, elle envisage d’ailleurs de poursuivre ses études après son BTS en se dirigeant vers une licence professionnelle en biologie.

Son amie Lilou se plaît à Mamirolle. Après un concours de psychomotricienne manqué, elle insiste pour suivre cette formation. Une détermination qui a payé. Aujourd’hui, l’étudiante de 20 ans continue de se former avec plaisir et ne lâche rien. Elle n’a qu’un leitmotiv en tête, celui de réussir. Les apports sont nombreux et copieux, mais lorsque l’on aime, on ne compte pas le temps à réviser et approfondir les savoirs dispensés par les enseignants. Elle aussi s’envolera dans quelques jours pour Prague, où elle effectuera un stage à l’institut de microbiologie.

Eloïse est dans ce même état d’esprit . Après un bac St2s, elle prend son courage à deux mains et quitte ses Vosges natales pour le département du Doubs. Cette jeune étudiante de 19 ans a plaisir à évoluer dans les laboratoires et autres infrastructures pédagogiques de l’établissement. A la fin de cette année, BTS en poche, elle entrera déjà dans la vie active. L’étudiante sait qu’une entreprise, en l’occurrence un cabinet vétérinaire l’attend impatiemment. A Mamirolle, le taux d’insertion professionnelle ou de poursuites d’études s’élève à 95%.

Le reportage de la rédaction
Created : samedi 15 février 2020 09:11 Categories : Actualités locales | Education | Jeunesse | Actualités Favoris : Ajouter aux favoris Tags : education | Jeunesse
Réduire Augmenter Taille du texte

Pour postez un commentaire vous devez vous connecter


L'inforoute

Merci de sélectionner votre zone éditoriale, ceci ne changera pas le contenu de la page que vous avez demandée.